[Conférence] Des solutions de répit pour les aidants familiaux (complet)

bandeau mail et site

Mardi 18 octobre, dans le cadre de la Journée Nationale des Aidants, le CIAAF organise une après-midi consacrée aux solutions de répit pour les aidants familiaux. L’échange sera animé par Brigitte Lamarre, administratrice en charge des aidants familiaux à l’UNAF et porte-parole du CIAAF. Il sera introduit par une conférence de Franck Guichet, sociologue et suivie d’une table ronde avec différents acteurs du répit : Sandrine Courtois, responsable du département de l’offre pour personnes âgées de l’agence régionale de santé Ile-de-France (ARS), Pascale Lacharrière, administratrice de la plateforme ELSAA, Laurence Godefroy, chef de projet VRF Les Cizes pour l’AFM-Téléthon et Anne Khelfat, aidante familiale et membre du CIAAF.

L’échange portera notamment sur :

  • L’origine et l’émergence du répit dans l’accompagnement des personnes vulnérables ;
  • Les différentes modalités d’organisation et les acteurs du répit ;
  • La reconnaissance des aidants et le droit au répit (loi d’adaptation de la société au vieillissement) ;
  • Les freins et les leviers pour développer une offre de répit.

L’événement aura lieu en salle Laroque : le 18 octobre 2016 14h à 17h à l’UNAF, 28 place Saint-Georges, 75009 PARIS

N’hésitez pas à relayer l’information à vos réseaux !

S’inscrire

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les 10 ans du CIAAF

actesCapture

Le 26 mars 2015, pour fêter ses 10 ans, notre collectif a organisé un colloque : Aidant familial : de l’invisibilité à la reconnaissance. Cette journée a été l’occasion de faire le point sur les acquis et sur ce qu’il reste à faire.

Les premiers pas du CIAAF, ont été rappelés par Yvette Levêque, administratrice à l’ANPEDA. Chantal Bruno, présidente de COFACE handicap et membre de l’APF, a décrit comment l’aidant informel est passé de l’ombre à la lumière.

Anne Khelfat, mandatée par le CLAPEAHA et Françoise Jan de l’UNAPEI ont exposé les acquis et les revendications du collectif en matière de droits sociaux.

La nécessaire reconnaissance du droit au répit a été présentée par Jean Claude Malaizé, vice président de l’AFSEP. Michèle Drioux, administratrice à l’UNAFAM et Corinne Petit de l’UNAFTC ont parlé de la formation et du soutien moral des aidants.

Brigitte Lamarre, administratrice UNAF et Servane Martin, chargée de mission ont démontré la difficulté à conjuguer vie professionnelle et aide à un proche. Catherine Ollivet de l’association France Alzhzeimer, a évoqué l’avenir pour les aidants.

Bénédicte Kail, conseillère nationale éducation familles à l’APF a ensuite animé une table ronde : « rien sur nous, sans nous ».

Jean Philippe Vallat de l’UNAF a exposé ce qu’est la représentation des aidants.

Michel Naiditch, Maitre de Conférence à Paris 7, chercheur associé à l’IRDES a décrit ce que l’Europe peut nous apprendre sur la représentation des aidants.

La situation des aidants en Belgique nous a été décrite par Caroline DUCENNE ,coordinatrice, aidants proches, ASBL.

Chantal Bruno a conclu la journée.

Télécharger les actes du colloque

Aidant familial : de l’invisibilité à la reconnaissance – le CIAAF fête ses 10 années d’existence

Le 26 mars dernier, le Collectif Inter-associatif des Aidants Familiaux (CIAAF), s’est réuni pour dresser un bilan des avancées législatives et concrètes mises en place en faveur des aidants et aborder les enjeux de leur représentation.

Le répit, les droits sociaux, le soutien moral, la formation, l’information, la conciliation vie familiale et vie professionnelle, étaient au nombre des thématiques proposées lors de cette journée d’échanges, moment symbolique pour le collectif représentant l’aboutissement de 10 années de mobilisation pour la reconnaissance des aidants familiaux.

C’est en effet dès 2004, que des mouvements familiaux spécialisés sur le handicap et la perte d’autonomie ont souhaité se réunir et réfléchir à la question spécifique des aidants familiaux. L’objectif du collectif est de faire reconnaître le rôle et la place de tous les aidants familiaux quelles que soient l’origine de la perte d’autonomie, de la situation de handicap, de la maladie ou de l’âge de la personne aidée et de défendre leurs intérêts.

Au fil de ces 10 années de mobilisation, les Pouvoirs publics ont pris conscience de la nécessité de prendre en compte les aidants et de leur accorder des droits (droit en matière de retraite, droit au répit, droit aux dédommagements, droit à la formation…) mais beaucoup reste à faire. Le CIAAF milite en faveur d’une complémentarité entre la solidarité familiale et la solidarité nationale : l’aide familiale ne doit pas être un prétexte au désengagement de l’état.

La journée s’est poursuivie l’après-midi sur le thème de la représentation des aidants dans les instances de décisions. A cette occasion, les membres du CIAAF ont annoncé le changement dans la dénomination du collectif : le CIAAF devient le Collectif Inter Associatif des Aidants familiaux et non de l’aide aux aidants familiaux. Ce changement souligne notre différence avec les associations proposant principalement des services pour les aidants, le CIAAF, lui, cherche à représenter les aidants et faire valoir leurs points de vue sur les politiques mises en œuvre en leurs faveurs.

Le CIAAF organise une journée « Aidant familial : de l’invisibilité à la reconnaissance – Les avancées depuis 10 ans et les enjeux de la représentation »

Le CIAAF organise une journée « Aidant familial : de l’invisibilité à la reconnaissance – Les avancées depuis 10 ans et les enjeux de la représentation »

Le CIAAF organise une journée d’échange ayant pour objectif d’établir le bilan des avancées législatives et concrètes pour les aidants et d’aborder les enjeux de la représentation des aidants. Cette journée se déroulera le jeudi 26 mars à l’UNAF (28 place St Georges 75009 PARIS). L’ensemble des thématiques relatives aux besoins des aidants sera abordé :

  • le répit,
  • les droits sociaux,
  • le soutien moral,
  • la formation,
  • l’information,
  • la conciliation vie familiale et vie professionnelle.

L’après-midi sera consacré spécifiquement à la question de la représentation des aidants. Places limitées, inscription obligatoire avant le 5 mars 2015. Inscription : elaroubine@unaf.fr

Invitation_au_10_ans_du_CIAAF

Intervention du CIAAF lors de Conférence gérontologique sur les Aidants organisée par la ville de Paris.

Jeudi 18 octobre 2012, Catherine Ollivet, Représentante du CIAAF et membre de France Alzheimer, interviendra sur la conférence organisée par la Mairie de Paris à l’Hotel de ville sur le thème « Reconnaissance, soutien et accompagnement des aidants face à la dépendance d’un proche ». Mme Ollivet participera à la table ronde la relation aidants familiaux/aidants professionnels : d’une relation conflictuelle à une relation de confiance.

Le CIAAF sollicite des rendez-vous auprès de différents ministres.

Dans le cadre de la journée nationale des aidants, le CIAAF a adressé des lettres en vue d’obtenir des rendez-vous auprès de Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marie-Arlette Carlotti, Ministre délégué aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion, Michèle DELAUNAY, Ministre délégué aux personnes âgées et à l’autonomie, Michel SAPIN, Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des femmes, Porte-parole du Gouvernement.

CIAAF : Une plaquette pour la reconnaissance des aidants familiaux

CIAAF : Une plaquette pour la reconnaissance des aidants familiaux

8,3 millions de personnes de 16 ans ou plus aident régulièrement et à titre non professionnel, des personnes vivant à domicile, pour des raisons de santé ou de handicap, par une aide à la vie quotidienne, un soutien financier ou matériel ou un soutien moral. Le CIAAF (Collectif Inter-associatif d’Aides aux Aidants Familiaux) s’est donné pour mission de faire reconnaître, par la société, le rôle et la place de tous les aidants familiaux non professionnels et la défense de leurs intérêts. Afin de faire connaître son action, ses revendications et sensibiliser les Pouvoirs publics et les élus à cette question des aidants familiaux, le CIAAF a élaboré une plaquette à destination du tout public.

Plaquette du CIAAF

Manifeste pour la reconnaissance de droits aux 8,3 millions d’aidants non professionnels

A l’occasion de la journée nationale des aidants, le Collectif Inter-associatif d’Aide aux Aidants Familiaux (CIAAF) affirme la nécessité de construire une véritable politique nationale en leur faveur. En effet, 8,3 millions d’aidants familiaux non professionnels apportent 63% de l’aide nécessaire aux personnes malades, handicapées et vieillissantes, sans bénéficier de la reconnaissance et de l’aide qu’ils méritent.

A l’heure où la réforme sur la dépendance est reportée sine die, dans un contexte démographique, social, sociétal et économique difficile, le CIAAF rappelle que la prise en considération de ces personnes discrètes mais si présentes est urgente.

Le CIAAF propose donc, dans un document intitulé « Manifeste du CIAAF pour la défense de l’aidant familial non professionnel », la reconnaissance de droits essentiels à l’amélioration du quotidien et de la qualité de vie de famille de l’aidant familial.

Le CIAAF revendique notamment :

  • la mise en place de relais identifiés, accessibles 24h/24 et 7j/7, pour assurer la continuité de l’accompagnement dans des situations de crise ou d’urgence concernant l’aidé, l’aidant ou un autre membre de la famille ;
  • l’accès facilité à des congés adaptés, indemnisés et flexibles, qui répondent aux situations d’aggravation brutale et aux besoins réguliers d’accompagnement de la personne aidée ;
  • l’accès, pour chaque aidant familial non professionnel qui le souhaite, à un bilan de santé annuel avec une prise en charge à 100% ;
  • la possibilité d’un départ à la retraite à 65 ans à taux plein pour tous les aidants familiaux non professionnels, et non uniquement pour les aidants des personnes handicapées.

Parce que les aidants familiaux veulent avant tout rester des parents, des conjoints, des enfants ou encore des frères et des sœurs, le CIAAF interpelle les pouvoirs publics sur la nécessité d’agir urgemment.

Lire le manifeste

Prenons en compte l’ensemble des aidants familiaux !

Certains travaux de la journée nationale des aidants qui se déroule ce 6 octobre, dont nous ne pouvons que saluer l’initiative, vont s’appuyer sur l’enquête effectuée par la Fondation Novartis.

Or, les chiffres qui circulent depuis quelques jours, issus de cette enquête, montrent que 90% des aidants disent réussir à concilier vie familiale et activité professionnelle et que seulement 3% d’entre eux ont dû arrêter de travailler en raison de la dépendance de leur proche.

Mais attention, ces chiffres ne concernent qu’une partie des aidants. En effet, un des critères d’éligibilité pour qu’un aidant puisse faire partie du panel stipule la « nécessité que la personne assistée soit atteinte d’un problème de santé qui ne soit pas lié à un accident ou à un handicap de naissance.  »

Où sont passés les aidants de personnes accidentées et en situation de handicap depuis leur naissance ?  Les aidants de personnes atteintes d’un traumatisme crânien suite à un accident de la route, les parents d’enfants atteints d’une déficience motrice ou intellectuelle dès la naissance ?

L’AGEFIPH a montré que près de 50% des situations de handicap sont liées à un accident ou à un handicap de naissance. Ce sont donc tous les aidants familiaux de ces personnes qui ne sont pas pris en considération.

Ces aidants familiaux, que nous représentons au CIAAF et à AIDER au même titre que les aidants de personnes âgées ou malades, sont pourtant particulièrement mis à l’épreuve par la dépendance de leurs proches, De nombreuses études menées par ailleurs montrent ainsi  le fort impact du handicap sur la vie quotidienne et professionnelle des aidants familiaux.  exemples : près de 45 % des aidants de personnes handicapées déclarent que ce rôle a des conséquences négatives sur leur bien-être physique ou moral (DRESS août 2002 / n° 186 Etude et résultats) ; 95 % des aidants interviennent quotidiennement et 40 % plus de 6 heures par jour (CREAI, février 2009)…

Lire le communiqué de presse