Intervention du CIAAF lors de Conférence gérontologique sur les Aidants organisée par la ville de Paris.

Jeudi 18 octobre 2012, Catherine Ollivet, Représentante du CIAAF et membre de France Alzheimer, interviendra sur la conférence organisée par la Mairie de Paris à l’Hotel de ville sur le thème « Reconnaissance, soutien et accompagnement des aidants face à la dépendance d’un proche ». Mme Ollivet participera à la table ronde la relation aidants familiaux/aidants professionnels : d’une relation conflictuelle à une relation de confiance.

Le CIAAF sollicite des rendez-vous auprès de différents ministres.

Dans le cadre de la journée nationale des aidants, le CIAAF a adressé des lettres en vue d’obtenir des rendez-vous auprès de Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marie-Arlette Carlotti, Ministre délégué aux personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion, Michèle DELAUNAY, Ministre délégué aux personnes âgées et à l’autonomie, Michel SAPIN, Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social, Najat Vallaud-Belkacem, Ministre des Droits des femmes, Porte-parole du Gouvernement.

CIAAF : Une plaquette pour la reconnaissance des aidants familiaux

CIAAF : Une plaquette pour la reconnaissance des aidants familiaux

8,3 millions de personnes de 16 ans ou plus aident régulièrement et à titre non professionnel, des personnes vivant à domicile, pour des raisons de santé ou de handicap, par une aide à la vie quotidienne, un soutien financier ou matériel ou un soutien moral. Le CIAAF (Collectif Inter-associatif d’Aides aux Aidants Familiaux) s’est donné pour mission de faire reconnaître, par la société, le rôle et la place de tous les aidants familiaux non professionnels et la défense de leurs intérêts. Afin de faire connaître son action, ses revendications et sensibiliser les Pouvoirs publics et les élus à cette question des aidants familiaux, le CIAAF a élaboré une plaquette à destination du tout public.

Plaquette du CIAAF

Rapport de la CNSA sur les aidants familiaux : les associations de familles reconnues comme acteur central de l’aide aux aidants

Le rapport annuel de la CNSA consacre une partie aux proches aidants et met en exergue 21 préconisations pour développer et amplifier des politiques publiques d’aide aux aidants. En retenant la définition du CIAAF, la CNSA adopte une vision transversale des aidants et les prend en compte dans leurs ensembles quels que soient l’âge, le handicap et/ou la maladie de la personne aidée. Les objectifs retenus semblent tout à fait intéressants et rejoignent nos préoccupations : reconnaitre la contribution essentielle des aidants et les soutenir dans leur rôle, renforcer et structurer des réponses à leurs besoins, mener une politique publique ambitieuse pour et avec les aidants. Notons que tout au long du rapport, la CNSA reconnait l’importance du rôle des associations de familles et souligne la nécessité de leur réserver « une place centrale dans l’élaboration des réponses et leur déploiement local ».

Manifeste pour la reconnaissance de droits aux 8,3 millions d’aidants non professionnels

A l’occasion de la journée nationale des aidants, le Collectif Inter-associatif d’Aide aux Aidants Familiaux (CIAAF) affirme la nécessité de construire une véritable politique nationale en leur faveur. En effet, 8,3 millions d’aidants familiaux non professionnels apportent 63% de l’aide nécessaire aux personnes malades, handicapées et vieillissantes, sans bénéficier de la reconnaissance et de l’aide qu’ils méritent.

A l’heure où la réforme sur la dépendance est reportée sine die, dans un contexte démographique, social, sociétal et économique difficile, le CIAAF rappelle que la prise en considération de ces personnes discrètes mais si présentes est urgente.

Le CIAAF propose donc, dans un document intitulé « Manifeste du CIAAF pour la défense de l’aidant familial non professionnel », la reconnaissance de droits essentiels à l’amélioration du quotidien et de la qualité de vie de famille de l’aidant familial.

Le CIAAF revendique notamment :

  • la mise en place de relais identifiés, accessibles 24h/24 et 7j/7, pour assurer la continuité de l’accompagnement dans des situations de crise ou d’urgence concernant l’aidé, l’aidant ou un autre membre de la famille ;
  • l’accès facilité à des congés adaptés, indemnisés et flexibles, qui répondent aux situations d’aggravation brutale et aux besoins réguliers d’accompagnement de la personne aidée ;
  • l’accès, pour chaque aidant familial non professionnel qui le souhaite, à un bilan de santé annuel avec une prise en charge à 100% ;
  • la possibilité d’un départ à la retraite à 65 ans à taux plein pour tous les aidants familiaux non professionnels, et non uniquement pour les aidants des personnes handicapées.

Parce que les aidants familiaux veulent avant tout rester des parents, des conjoints, des enfants ou encore des frères et des sœurs, le CIAAF interpelle les pouvoirs publics sur la nécessité d’agir urgemment.

Lire le manifeste

Prenons en compte l’ensemble des aidants familiaux !

Certains travaux de la journée nationale des aidants qui se déroule ce 6 octobre, dont nous ne pouvons que saluer l’initiative, vont s’appuyer sur l’enquête effectuée par la Fondation Novartis.

Or, les chiffres qui circulent depuis quelques jours, issus de cette enquête, montrent que 90% des aidants disent réussir à concilier vie familiale et activité professionnelle et que seulement 3% d’entre eux ont dû arrêter de travailler en raison de la dépendance de leur proche.

Mais attention, ces chiffres ne concernent qu’une partie des aidants. En effet, un des critères d’éligibilité pour qu’un aidant puisse faire partie du panel stipule la « nécessité que la personne assistée soit atteinte d’un problème de santé qui ne soit pas lié à un accident ou à un handicap de naissance.  »

Où sont passés les aidants de personnes accidentées et en situation de handicap depuis leur naissance ?  Les aidants de personnes atteintes d’un traumatisme crânien suite à un accident de la route, les parents d’enfants atteints d’une déficience motrice ou intellectuelle dès la naissance ?

L’AGEFIPH a montré que près de 50% des situations de handicap sont liées à un accident ou à un handicap de naissance. Ce sont donc tous les aidants familiaux de ces personnes qui ne sont pas pris en considération.

Ces aidants familiaux, que nous représentons au CIAAF et à AIDER au même titre que les aidants de personnes âgées ou malades, sont pourtant particulièrement mis à l’épreuve par la dépendance de leurs proches, De nombreuses études menées par ailleurs montrent ainsi  le fort impact du handicap sur la vie quotidienne et professionnelle des aidants familiaux.  exemples : près de 45 % des aidants de personnes handicapées déclarent que ce rôle a des conséquences négatives sur leur bien-être physique ou moral (DRESS août 2002 / n° 186 Etude et résultats) ; 95 % des aidants interviennent quotidiennement et 40 % plus de 6 heures par jour (CREAI, février 2009)…

Lire le communiqué de presse